Menu Fermer

S’aimer, se faire confiance

Tous les matins, tu entends le chant du coq.

Tous les instants, tu accueilles une colombe.

Tous les soirs, tu regardes le vol des oies.
Tous les jours, tu assistes à la cérémonie des oiseaux.

Prends ton envol et regarde avec eux.

Ils ne sont que plumes,
Ils ne sont que cartilages,
Ils ne sont que créatures du vent.

Vole avec eux et suis leur chemin.

Ils parcourent des kilomètres,
Ils contemplent des distances,
Ils dévient des espaces remplis d’air.

Pose-toi sur une branche et observe les environs.

Ils chantent des signes d’amour,
Ils roucoulent l’environnement,
Ils se dédient à l’instant présent.

La confiance est un oiseau.
Elle nait dans un œuf fragile qui se casse.


Ses coquilles sont jetées à la terre et un être tremblant sort sans savoir marché.

Il furète autour de lui sans reconnaître la lumière.
Petit à petit, il se hisse sur ses pâtes.
Doucement, il becque la nourriture.
Progressivement, il déploie ses plumes.
Puis vient le précipice que lui tend son entourage.
Ce précipite, c’est le moment de ton envol.
Vas-tu partir ? Vas-tu attendre ?

Les oiseaux n’ont pas le choix, ils doivent voler.

Souvent, ils tombent car ils n’étaient pas prêts.

Parfois, ils se cassent une aile car ils sont allés trop vite.

Rarement, ils se tuent car ils se sont précipités.

La con ance est cet équilibre
Entre l’apprentissage de la connaissance,
Tous ces éléments qui font que tu as gagné des ailes
Et le saut dans l’inconnu,
Ce moment où tu lâches prise et sait que tu peux affronter l’envol.

Mon enfant, mon oiseau, ma mésange,

Sois confiance en toi,
Sois confiance en lui,
Sois con ance en nous.

Prends ton envol comme un délicieux messager

Qui survole avec grâce, certitude et l’humilité continue face au vent.

Quand les tempêtes se lèveront sur tes ailes,
Bat plus fort, renforce ton souffle, obstine ton parcours
Pour rejoindre le rivage.


Repose-toi en prenant le temps de contempler ce que tu as traversé.

Cette distance, ce sont tes ailes de la confiance.
Plus tu auras conscience de tes acquis,
Plus tu seras tel un aigle qui perçoit les contours,
Plus tu connaîtras ta destination,
Plus tu imiteras les oies qui migrent sans douter,
Plus tu parcourras de distance
Plus tu déploieras les ailes solides d’un albatros,
Sur la confiance humble, habile et douce d’une colombe de la paix.

Je t’aime 

%d blogueurs aiment cette page :