Menu Fermer

Patience

Impatience.
Je suis impatiente.
Impatiente d’être patiente. Impatiente d’être guérie de l’impatience. Impatiente d’être délivrée. Impatiente d’être la paix.

Patience.
Je ne te connais pas bien.

Longtemps, je t’ai cherchée.

Longtemps, je t’ai observée.

Longtemps, je t’ai admirée,

Sans jamais pouvoir d’atteindre.

Patience,

Oh Sainte Patience,
Dicte-moi ton secret.
Je t’en supplie.
Je subis le monde depuis que j’ai compris que tu étais mon sauveur.

Je dénigre les autres depuis que je t’ai vu dans leurs yeux.
Je tue mon âme depuis que j’ai entraperçu ta vertu.

Patience. Patience. Patience.

Je relis encore ce mot.
Je répète encore ce mot.
Je suis prête à le répéter jusqu’à ce que je le ressente.

Patience,

Maintenant, tu es un moi.

Je suis patience.

Le jour se lève, il est nouveau.

C’est un jour comme hier,
Et pourtant, les couleurs sont différentes.

Tout est plus vif dans la douceur.

Tout est plus bruyant dans la quiétude.

Tout est plus lent dans le flot.

Tout est plus délicieux sur ma peau.

Tout est plus touchant à mes yeux.

Le matin débute, il chante avec un voile,
Ce tissu qui otte devant moi me fait signe,
Il dessine les contours de l’espace et me trace le chemin,

Il délie la route de ma journée,
Il apaise le temps de mon être.

Le midi arrive, il parfume l’air ambiant,
Son odeur a arrosé les premières heures de touches vanillées,

Il a embaumé mon cœur de surprises magni ques,
Il a envoûté mes paroles de lumière,
Il a enivré mon maintenant et mon hier.

Midi sonne, il est le présent de mon après-midi,

Ses cloches ont marqué le soleil au zénith,
Il éclaire ma journée de sa musique,
Il irradie ma peau de ses notes,
Il illumine mon mouvement vers la nuit.

Le soir salive, il est l’annonce de ma nuit, Son goût célèbre mes papilles en fête,
Il se délecte des images de ma journée,
Il saisit la coupe de mon eau et de mon vin, Il ouvre le relief de mon apaisement.

La soirée, je comprends.

La nuit, j’ai appris.

Je m’endors sur un lit de coton.
Je m’allonge sur le ciel.
Je ferme mes paupières et j’entrevois mon rêve.
Il répète ma journée.


Il répète chaque victoire sur le présent.
Il répète chaque étape où j’ai vu l’émerveillement.

Il répète chaque instant où j’ai choisi la lumière.

Il répète chaque mot où j’ai transmis l’amour.
Il répète chaque mouvement où j’ai exprimé,

Ma patience.

Je suis désormais sous la voûte céleste de mon être.

Je contemple les étoiles.
J’écoute le bruit de leurs rayons.
Je savoure leur entièreté.
Je ressens leur fierté.

Leur erté de m’avoir guidée,
Leur erté car je me suis laissée guidée

Et enfin, je suis fier.
Enfin, je vois le chemin.
Enfin, je m’assagis.

Enfin, je me pardonne à moi-même.
Enfin, je m’accorde le bonheur de ma patience.

Patience,
Matin, matinée, midi, après-midi, soir, soirée,

Tu es la nuit de mon temps irrationnel,

Tu es le jour de mes contretemps naturels.

Patience,
Je suis tienne,
Je suis toi.
Laisse-moi t’étonner en suivant tes pas et ta science.

Je t’aime

%d blogueurs aiment cette page :