Menu Fermer

Les peurs

Face à nos peurs, nous sommes souvent démunis, bloqués, frustrés. Cette méditation se consacre à ces peurs ou plutôt, le et les chemins qui peuvent nous aider à les transformer.

La peur est le refus de la lumière.

Une salle.
Il fait noir.
Il fait sombre.
Il fait très sombre. Tu as froid.

Tu te dis : « J’ai peur. Je ne connais pas cet endroit »

Pourtant, tu y es.
Pourquoi ?

La lumière apparaît.
Elle brille de flocons discrets, fragiles et d’une puissance apaisante. Elle tombe sur l’ombre.
Elle te rassure.

Mais cette lumière vois-tu, est à l’opposé de toi.

Il y a un chemin pour y parvenir.
Il y a un chemin pour la faire grandir.

Tu ne le vois pas.
Tu ne le vois pas encore.

Tu restes là, dans le noir. Que fais-tu ?

Ton corps, ton cœur, ton âme… Tout te dicte d’aller vers la lumière.
Tu n’as jamais vu un phénomène aussi beau.
Et pourtant.

Sur le chemin, ce n’est pas la peur qui t’empêche d’avancer, c’est l’ombre de toi-même.

Aller vers la lumière, c’est dépasser ta fatalité.

C’est accepter le chemin.
Et crois-moi, il peut te sembler jucher d’embuches

En réalité, il détient une vérité universelle.

Ton devenir.

Là où est la lumière,
Là où se trouve la rencontre,
Là où nait l’amour,
Là où se libère la magie,
Il n’y a pas d’embuches
Mais seulement ta réponse, tes réponses.

Tu as le choix. Il est simple :

Garder l’ombre, ignorer la lumière.

Te lever, aller à sa rencontre.

Ne me demande pas ce qu’il se passe si tu refuses d’aller à sa rencontre, Tu le sais très bien.

Tu veux que je te le répète n’est-ce pas ?

Tu vivras dans la peur.
La peur de perdre.
La peur de la mort.
La peur de souffrir.
La peur de l’abandon.
La peur de toi-même.

Et qu’est-ce que cela fait de vivre dans la peur ? C’est se perdre.

Perdre la lumière est bien pire que de rester dans l’ombre.
C’est perdre l’espoir, perdre le sens de la vie, perdre le plus cadeau qu’on ne t’ait jamais donné de recevoir… L’amour.

Avoir peur, c’est perdre la chance qui t’es donné de vivre ton chemin. C’est capituler.
C’est renoncer à tes dons,
C’est démissionner.
C’est mourir à petit feu.
C’est subir la dictature des autres.

Tu vois la lumière désormais ?
Elle a grandi. Elle forme un cercle désormais.

Sans rien faire, sans même bouger, elle est venue à toi. Elle a éclairé le chemin pour que tu ailles à sa rencontre.

Ecoute, écoute encore. Entend son murmure. Elle t’appelle.

Que te dit-elle ?

« Je t’aime. »
Que fais-tu ?
Je me lève et je marche vers elle.

Vas. Je ne te promets pas un chemin facile. Je ne te dis pas que cela sera facile.
Je te dis seulement,

Alors que fais-tu ?

La lumière est la réponse, L’amour est la réponse,
La vie est encore et toujours, la réponse.

Et toi seul, oui toi seul, détiens la clé de cette réponse.

La peur n’existe pas mon enfant. Seul le refus existe.

Ne refuse plus. Bouge. Vis. Tente. Parcours.

Un jour, la salle sera remplie de lumière.

Un matin, tu sauras.
Un matin, tu te réveilleras…

Et que diras-tu ?

Je m’aime.
Je m’aime aussi fort que l’univers. Je m’aime bien plus fort que la Terre. Je m’aime à l’in ni.
Je m’aime tant.

Quand tout peut sembler noir autour de moi,
En réalité, il n’y a que moi qui peut décider d’y mettre la lumière.

Il n’y a que moi qui peut décider de tracer,
Mon chemin.

Je m’aime.
Je m’aime à toi.

Je t’aime à moi.

Je t’aime 

%d blogueurs aiment cette page :