Menu Fermer

Le voyage

L’avion décolle. Le train démarre. La voiture roule. Le pied marche.

Déjà, je suis en voyage.
Les voyages ont marqué ma vie.

Par l’image,
Celle des souvenirs de mes parents nostalgiques me racontant leur passé chéri.

Celle des magazines aux photographies de rêves vendant des icônes.

Celle des cartes postales aux noms exotiques décrivant des faux-semblants.

Celles enfin, avec lesquelles j’ai remplies ma tête.

Dans ce voyage imaginaire, j’attendais.

J’attendais de vivre des timbres de collectionneurs.

J’attendais de goûter la madeleine aux saveurs perdues.

J’attendais de voir ce turquoise retouché par un regard.

J’attendais de vivre ce qu’on attendait de mon imagination.

Dans ces voyages, je n’ai pas voyagé.
J’ai attendu, j’ai parcouru, j’ai avalé.
J’ai dévoré des paysages,
J’ai escaladé des regards,
J’ai emprunté des repas,
J’ai paradé des cartes d’embarquement et des coupons de réduction.

Je ne dis pas que je n’ai jamais voyagé.

J’ai seulement voyagé en surface.

∞SLXLM

Un jour, j’ai entraperçu un mystère.

Il flottait entre deux roches, Entre deux taxis,
Entre deux conversations, Entre deux rencontres.

Un jour, j’ai vécu une connection.

Elle riait de douceur entre deux vérités, Entre deux regards,
Entre deux touchers de l’âme, Entre deux reconnaissances.

Un jour, j’ai ressenti le départ. Il me souriait avec volupté.

Il n’y avait plus d’entre deux, Il n’y avait que sa vérité,

Ce n’était pas celle du voyage que l’on choisit

Mais bien celle du voyage qui nous choisit.

Le jour où ce voyage m’a appelé,
Je l’ai accueilli avec douleur.
Je l’ai reçu comme une gi e sur ma joue.
Je l’ai renié pour croire en mon éphémère voyage.

Le jour où ce voyage est revenu,
Je l’ai accueilli avec précaution.
Je l’ai reçu comme un cadeau empoisonné.
Je l’ai renié pour éloigner un voyage en moi-même.

Le jour où ce voyage a poussé la porte,
Je l’ai accueilli avec fragilité,
Je l’ai reçu comme un oiseau à faire grandir.
J’ai renié sa liberté pour épargner ma liberté de voyager.

Le jour où j’ai laissé le voyage me choisir,
J’ai accueilli ses merveilles,
J’ai reçu comme un soleil sur le rmament de mon être, J’ai renié mon voyage pour son voyage.

Je suis devenu voyage.

Le voyage est ton apprentissage,
Tu es son apprenti,
Tu ne peux pas décider de ses moyens,
Tu ne peux pas prévoir ses destinations,
Tu ne veux pas anticiper ses étapes…
Le voyage que tu mènes désormais,
Il suit un chemin que tu connaîtras sans le connaître,
Une route qui se dévoilera sans se dévoiler,
Un temps qui vivra seulement à travers toi, ton cœur et ton écoute.

Tu ne me crois pas ?
Programme-le, il te déprogrammera de tes illusions.

Captive-le, il te montrera tes chaines.

Ecris-le, il te soufflera les réponses.

Voyage-le, il te laissera inerte, immobile et inconstant.

De tous ces voyages que tu as réalisés,
Un seul reste.
Un unique.
Un complet et entier.
Ce voyage, il a commencé au moment où tu as lu ces mots.

Bon voyage ! 

%d blogueurs aiment cette page :