Menu Fermer

Le cycle du feu pascuan

Voici une méditation et un outil pascuan (de l’île de Pâques) qui permet d’opérer un nettoyage à partir des 4 éléments (feu, eau, air, terre). Le cinquième élément étant notre être, au centre et la clé pour se régénérer et se couper des énergies néfastes.

Le feu qui brûle n’a pas d’ennemis.

Il avance. Il brûle, il brûle, il brûle. Il souffle, il souffle, il souffle. Il détruit. Il détruit tout sur son passage. Il anime la terre, excite l’air, éloigne l’eau.

Il émane de lui des nuages gris, un souffle d’air impur.

Un souffle d’air chargé de particules qui polluent, qui atteignent l’être, le corps, l’esprit et ses environnements (travail, famille, amour, amis, etc.)

Le feu est symbolique. Lorsqu’il prend, il signale que quelque chose à besoin d’être nettoyé, que des racines ont besoin d’être nettoyées.
Comme le phœnix qui renaît des cendres, vous pouvez renaître et repartir sur de nouvelles bases.

Pour ce faire, brûlez les énergies néfastes et usagées. Brûlez et libérez le feu dévastateur pour exprimer un feu libérateur et réconfortant.

Du feu naissent les cendres. Les cendres remplacent ce qui a été puant, pourri en poussières.

C’est le moment de l’eau.

L’eau lave les cendres, elle permet d’oublier les cendres. Elle lave les mains, lave les tâches. L’eau est un symbole. L’eau apporte la pureté. Elle ouvre la communication et la conscience. Pour rétablir son être de lumière, il est important de nettoyer, se baigner, laver.

A partir de l’eau qui nettoie, le souffle reprend sa force.

Ce souffle s’élève. Il soulève l’espoir, la nouveauté, l’innovation, les rêves, les visions revenues. Il soulève une confiance rétablie. Le souffle continue la purification, le nettoyage. Il projette et élève la conscience. Il apporte la vision d’espérer, préparer et agir à nouveau.

Après le feu, l’eau et l’air, vient alors la terre.

Cette terre brûlée, cette terre lavée, cette terre aérée peut enfin redevenir féconde. La terre formule les demandes et attire la manifestation. Quelle que soit l’action demandée par le souffle, il permet à cette terre, à sa graine de naître.
Une fois ce processus enclenché : communication, prise de recul, conscientisation, apaisement renouvellent l’ancrage. La terre est le symbole d’une reconstruction.

Pour qu’elle soit féconde, il est essentiel qu’elle passe par le feu, l’eau, l’air pour retourner à la terre et construire à nouveau.

Afin de vous aider dans ce cycle, je vous conseille de méditer :

  1. Méditez sur ce feu : Pourquoi aviez-vous besoin de brûler, couper et purifier ? Qu’aviez-vous besoin de purifier ? Une fois que cette purification est désignée, il est important de la nettoyer.
  2. Nous passons à l’eau qui évacue : Laissez l’eau nettoyer votre corps en balayant toutes les zones de votre corps. Vous pouvez associer une zone précise où trônent les émotions liées au besoin de nettoyer. Mettez vous sous une cascade ou dans un bain par projection de penser et laissez l’eau agir. Vous passez maintenant au renouveau.
  3. Le souffle permet d’effacer, permet de prendre du recul, de s’éloigner, permet parfois de couper. Il permet surtout d’encercler. Encercler et renouer autour de l’eau. A partir du souffle, les liens se refont. Quels liens souhaitons-nous mettre en place ? Quels liens souhaitons-nous célébrer ? Quelle vie souhaitons-nous manifester ? Sur ces intentions, nous pouvons demander et planter.
  4. Et enfin, au retour à la Terre, quelles sont les bases, quelles sont les valeurs qui vont construire la nouvelle maison, la nouvelle vie, mon nouveau souffle, ma nouvelle eau, ma nouvelle terre et mon nouveau feu.

%d blogueurs aiment cette page :