Menu Fermer

Lâcher prise, Laisser faire

Le lâcher prise… Ou le détachement. Une approche de vie que j’ai mis beaucoup de temps à intégrer. Lâcher m’a toujours dérangé car cela signifiait que je m’agrippais. Une fois que j’ai accepté que je refusais de lâcher, j’ai accepté que je ressentais tout autant d’émotions en mettant de la distance. Je laissais faire en ayant confiance. En se détachant, on vit pleinement ses émotions à travers la confiance, la reconnaissance de nos émotions et de notre foi en nous-même. Voilà aujourd’hui ce qui signifierait pour moi, « lâcher prise »… Laisser faire car j’ai suffisamment confiance en moi, en mon univers pour créer et développer les émotions de vie : compassion, gratitude, joie, foi et acceptation.

Mon esprit était noir, embrumé, impatient. Je devinais des masses, je devinais la lumière. Mais je ne voyais pas.
Je voulais forcer.
Je voulais mettre les réponses dans le noir. Rien n’y faisait.
Rien n’apparaissait.

Là une voix m’a soufflé : « Lâcher prise. »

Aussi simple que ça, le lâcher prise fût immédiat.


Cette simple diction m’a rappelé un lm où la femme demande un mot pour l’aider à lâcher prise et l’homme répond avec simplicité, « lâche prise. »

Il n’y a pas de secret plus universel que celui-ci.
Le lâcher prise est dans un mot, un regard, un temps immédiat, une action directe.

Vis le présent, prends du recul, lâche prise.

Tu ne peux pas tout contrôler.
Tu ne veux pas tout contrôler.

Lâcher prise, c’est s’offrir le plus beau des cadeaux,

celui de l’instant présent, celui de la surprise, celui du moment.

Ce mot que je prononcerai encore une fois,
une nouvelle fois, une dernière fois, une première fois…

Tu lâches prise.

Lâche prise.

Lâche prise.

Lâche prise.

Je suis désolée si je m’agrippe.
Je te demande pardon si je veux contrôler, griffer, posséder.

Je te remercie de m’aider à desserrer mon emprise sur moi-même.

Je t’aime et je lâche prise en me le disant.


%d blogueurs aiment cette page :