Menu Fermer

Au cœur du tantra

« Au coeur du Tantra. Le culte de la féminité » évoque l’héritage du tantra et ce qu’il peut apporter en tant que « approche » de vie et la relation fondamentale du féminin et du masculin, en particulier autour de l’union sexuelle, sacrée et expression même de l’univers…

‘Ia Ora Na,

Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous la lecture du livre « Au coeur du Tantra. Le culte de la féminité ». C’est un beau et long texte d’André Van Lysebeth, un précurseur du yoga. (Il est né un 11.11.1919, si ce n’est pas magnifique ça !).

Ce livre évoque bien sûr, l’héritage du tantra. Il décrit une « approche » de vie et la relation fondamentale du féminin et du masculin. Il dévoile l’union sexuelle, sacrée et expression même de l’univers… De quoi se réconcilier avec son corps (oui, il y avait bien un schisme 😉 et notre corps uni-vers.

À travers ce livre, je souhaitais partager ce que j’ai lu du féminin sacré. J’ai beaucoup appris sur le féminin sacré auprès des hommes et des femmes venus me consulter. Mes intuitions ont guidé ma vie de femme notamment au niveau de ma sexualité. J’ai bien conscience que beaucoup et encore beaucoup d’apprentissages sont à venir !

Quelques éléments de départ

Voici quelques « préambules ». Ils ont pour objectifs de mener à l’essence du féminin sacré. Ils sont (hélas) nécessaires pour faire comprendre la perte du féminin sacré.

La guerre des sexes

Nous vivons visiblement une guerre des sexes, cela est un acquis. Il suffit de voir les représentations et les images des femmes et des hommes qui circulent sur notre Planète . Je ne m’aventurerais pas à les lister au risque de m’exposer au retour de jugement, ce n’est nullement mon intention. La guerre des sexes comme l’écrivait Erwin Goffman, est « l’opium des intellectuels ». Ce sujet sans fin n’aboutira jamais. Le tantra apporte la paix autour de la complémentarité fondamentale de l’homme et de la femme. 

Une sexualité épanauie

Les femmes sont rares à avoir une sexualité épanouie. Elles qui pourtant représentent la citadelle absolue dans la vision masculine réduite par effet de répercussion. L’homme est condamné à être un séducteur rapide tel au mythe de Don Juan. Il cumule aux conquêtes multiples. Il préfère être polygame ou infidèle . L’homme devient fondamentalement en quête de la mère… Ah cette belle mère terrible que toute femme en couple souhaite de fait, séparer de son fils ! La femme doit trouver sa place de Femme devenant inexorablement maman et non plus, femme / amante et amie).

Pire encore, l’homme n’est jamais amoureux, piètre amant et insatisfait de sa/ses femme/s. Il vient à avoir peur de la Femme, celle qui pourrait lui correspondre ne sachant pas être l’Homme… Puisqu’aucune femme ne lui a appris, à commencer par sa mère, ses soeurs, ses tantes, etc. Dans ce magma d’oublis et d’irresponsabilité hommes et femmes, tout le monde est perdant : les femmes et leurs sexes / les hommes et leur amour (belle égalité ! #ironie.)

Le sexe est tabou

Le sexe est relégué à une affaire de procréation ou de performance, il n’est pas enseigné voire tu (et tué). (Je fais un clin d’oeil à YES OMG, site qui libère la sexualité des femmes ;). S’il y a une expérience que je peux partager, c’est combien les femmes et certains hommes se livrent sur leur sexualité une fois la confiance acquise. En parler devient alors libérateur, une quête et un espoir. La sexualité des femmes est bien souvent, mal vécue. Le plaisir est apparent. En profondeur, la relation témoigne d’une fatigue voire d’un devoir… Le tantra est le contraire.

Cette pratique garantit plaisir et énergie. C’est à partir de là que le féminin actuel se dessine. Le féminin est contraint à une sexualité passive. Il est un corps « affiché » au lieu d’être vécu. Il a des pouvoirs limités à ceux de procréer. J’ajouterais un peu avec insolence, à cuisiner, éduquer et travailler en susse et en superwoman… Ce schéma épuise fondamentalement, il aliment le schéma de « femme émotive ».

L’OM : Om mani padme Hûm. Le son universel signifie « lingam dans yoni Hum » ou encore, »le diamant dans lotus, contrôler le mental illuminé » Cqfd. Le temple du son universel est bien explicite à la lecture du tantra. Il nous enseigne l’union sacrée du féminin et du masculin.

Qu’est-ce donc qu’une vraie femme ? Une Femme ?

André Van Lisbeth nous rappelle alors la Femme sacrée : l’initiatrice de l’Homme : 

Il faut à l’homme passer par elle pour parvenir à l’être. La femme, toute femme, est la véritable initiatrice de l’homme, sa voie vers l’Etre. Le système patriarcal a privé l’homme de vraies femmes dangereuses pour sa suprématie.

Les valeurs du féminin sacré sont l’amour. Il préserve l’affection, les rapports humains, le contact avec la nature et la vie, les enfants. Elle est déesse. Elle a conscience que nous sommes l’univers, son expression et sa création. Elle est toutes les femmes. Elle est amazone, sorcière, chamane, enseignante, mère, guérisseuse, médium… Ces femmes détiennent le pouvoir sacré de la connexion à la terre. Elles gardent les secrets de femmes comme son corps, son sexe et ses mémoires cellulaires. Elles assument pleinement cet être qu’elle a choisi d’incarner. Elle est l’expression de l’Homme, le masculin sacré, plein et entier, en elle et uni à elle.

Voilà un bel hommage au couple Shakti-Shiva. Ce couple est une vibration cosmique créative et à l’origine du tout, de l’énergie vitale (Kundalini) et de l’amour… Ce livre est à lire et relire. Il nourrit l’essence retrouvée de Tatau mana, écriture toujours en cours d’écriture, le temps d’une vie et d’un OM 😉


Aussi, mesdames, messieurs, je vous encourage à lire ce livre – aux aspects de pavé certes – mais d’une délicieuse vibration.
Avec amour, OM et vibrations !

%d blogueurs aiment cette page :