Menu Fermer

Le coronavirus expliqué aux enfants

Ia Ora Na

J’ai demandé un texte pour expliquer simplement le coronavirus, le voici. Et comme toujours avec les Guides, ils commencent par The Big Picture 😉

La naissance de la Terre

Il était une fois une Terre. Elle était belle. Elle était bleue. Elle était eau, terre, air, feu. Elle vivait au milieu de l’univers bienveillant. Un grand manteau noir parsemé d’étoiles portant les énergies des ancêtres.

Planète Terre

Dernière arrivée dans la grande création, elle émerveille par sa spontanéité. Elle sépare naturellement les eaux mâles et femelles. Elle fait grandir les plantes. Elle protège les animaux. Elle donne naissance à l’Homme.

Ah l’Homme, sa plus belle création. Cette combinaison d’eau, d’os, de capteurs énergétiques appelés ADN, ces cerveaux remplis de récepteurs appelés neurones. Il est merveilleux cet être. La Terre a eu la bonne idée de le créer sous forme de deux corps, masculin et féminin pour enseigner la dualité fondamentale de l’univers. Le jour, la nuit. L’ombre, la lumière. La vie, la mort. La peur, l’amour.

Le voilà qui prend son indépendance à mesure que la Terre grandit. Tout deux deviennent deux enfants à part entière. L’univers s’amuse beaucoup de leurs facéties. Des guerres, des religions, des violences… Les hommes et les femmes étaient aveugles à leur propre souffrance.

Mais pourquoi tant de mal demandaient-ils à Dieu ? La Terre quant à elle grandissait avec la créativité et l’innovation de l’Homme. Bientôt, elle accéléra sa croissance. L’Homme entra dans l’ère des lumières, celui où il mit en pratique ses connaissances. Révolution industrielle, urbanisation, télécommunication… Tout allait vite. De plus en plus vite. Il voulait accéder à la vitesse de la lumière ! L’univers commença à s’étonner de ces belles réalisations et estima qu’il était temps d’éveiller la Terre. Il lui écrivit une belle lettre.

La Terre s’éleva à la conscience humaine

Ma chère petite Terre,

Tu es ma cadette. J’aime beaucoup tes Hommes et tu joues bien avec eux à faire des facéties. Mais vois-tu, il est temps de grandir et comprendre la marche de notre monde énergétique. Je vais t’envoyer de plus en plus d’êtres de lumière. Des personnes qui pourront capter les informations de la Source. Ta maman. Notre maman à tous. Celle qui garde la mémoire de notre création.

Avec ces êtres « connectés », les Hommes vont vivre des changements étranges. Ils observeront des phénomènes surnaturels. Ils pourront me parler directement. Ils pourront même te parler directement. Ils vivront des étapes pour s’unir avec toi en conscience.

Pour signer la fin de ton adolescence, il y aura deux grandes guerres qui montreront à l’Homme qu’il est capable de s’exterminer et arrêter son existence terrestre.

Il y aura les tempêtes, la montée des températures, la disparition des plantes et des animaux qui montreront à l’homme qu’il est capable de te faire du mal.

Il y aura les maladies qui freineront les échanges et apprendront à l’homme qu’il peut mourir.

Il y aura des révolutions qui feront exploser les croyances et des enfants, de plus en plus d’enfants connectés mèneront à la naissance d’une société nouvelle, une société aux capacités énergétiques inédites et inégalées.

Les Hommes enfin, seront capables d’amour et d’amour seul.

Tout cela fera très peur mais avec ces étapes, l’Homme apprendra l’amour et la solidarité.

Je te souhaite de continuer à grandir et nous surprendre ma très jolie Terre.

Je t’aime,

La Terre reçut l’appel du Coronavirus

Alors qu’elle vivait les étapes de sa croissance, le Coronavirus surprit la Planète. La Terre se tourna vers l’Univers pour demander de l’aide.

La Terre : Dis-moi Univers. Je fais tout ce que tu me dis. J’essaie de grandir et augmenter mes vibrations. Mais tu vois, c’est difficile pour l’Homme. En ce moment, il se pose beaucoup de questions avec le Coronavirus. J’ignore comment lui répondre…

L’Univers : Ma chère Terre. Le Coronavirus signifie la vie qui ruse avec la couronne. C’est le virus de la Corneille. Depuis la Chine où il a commencé, c’est ton père, ton masculin qui parle aux Hommes. Il est venu en Corée du Sud, symbole du féminin qui apaise. Il est passé par l’Iran, le berceau de l’Humanité. Il est arrivé en Europe au coeur des religions. Il s’est exporté en Amérique et en Afrique qui ont été conquises par l’Europe. Le Coronavirus interroge l’Homme sur les choix de son Histoire.

La Terre : Ah je comprends mieux. Je me sentais triste car je trouvais que les Hommes ne comprenaient pas mes messages.

L’Univers : Le coronavirus s’exprime sur les poumons pour libérer ta tristesse. Il se place aussi sur le foie pour nettoyer ta colère inconsciente. Et il se transmet par l’eau et l’air pour aider à nettoyer et souffler le renouveau.

La Terre : Mais que puis-je communiquer à l’Homme pour le rassurer ?

L’Univers : Continue à te nettoyer. Avec l’Equinoxe, l’Humanité va recevoir le feu qui purifie. Mais il est clair que l’Homme doit être conscient. Aussi, depuis notre Source, nous envoyons beaucoup d’énergie à son plexus solaire et sa colonne vertébrale.

La Terre : Je comprends mieux. Mais dis-moi. Que faire face à ces mots… Tous ces mots négatifs qu’ils s’échangent. Ils ont si peur mes petits Humains. Ils parlent d’effondrement quand je veux juste changer l’économie. Ils accusent la Chine, le pétrole, la bourse… Ils renient l’héritage de leur ancêtre.

L’Univers : Ma chérie, tu le sais bien maintenant. Le poids des croyances pèse sur les pensées et le corps des Hommes. Ils l’ont appelé le karma pour se rassurer sur cette force que je représente. En apprenant la solidarité énergétique, ils apprendront à accueillir leur passé, comprendre le présent et préparer leur prochain présent.

La Terre : Tu sais, les Hommes, ils refusent souvent le présent. Ils interprètent mal les cadeaux que je leur fais, que tu leur fais.

L’Univers : C’est en apprenant à recevoir que l’on apprend à s’aimer. Reste positive. Regarde, ils s’échangent beaucoup de blagues, d’anecdotes, de photos… Ils s’appellent grâce aux réseaux qu’ils ont inventé !

La Terre : Ils apprendront bientôt que le coronavirus est comme toutes les épreuves, une chance de grandir.

L’Univers : Je t’ajouterais alors que le coronavirus, la maladie de la couronne, de l’esprit et du troisième oeil nous répète cette vérité immuable : aime toi, aime ton corps, aime cette vie que tu as la chance d’expérimenter sur Terre.

La Terre : Très bien. Je vais continuer à leur envoyer des messages d’amour alors. Je t’aime. Merci l’univers.

Conclusion personnelle

(Pour adultes seulement 😉

Pour être transparente avec vous, ce texte est issu d’un refus. On m’a partagé un texte qui m’a outré. Combien de temps va-t-on critiquer nos parents et grands-parents pour évoluer dans le nouveau système de valeurs promis par le « dit effondrement de notre société » ? Les valeurs du système capitaliste sont notre passé, les valeurs de nos parents et nos grands-parents. En dénonçant, nous coupons nos racines pour répéter le passé !

Combien de temps allons-nous croire que seule la peur fait grandir ? Je croyais que l’amour était le miracle réel de l’éducation. Les discours alarmistes qui placent la pollution comme un facteur dont des pays seraient responsables favorisent la division des peuples. Pourquoi sous entendre que nous sommes punis de nos comportements par les changements que vit la Terre ? Nous répétons cette culpabilité collective au lieu d’affirmer la responsabilité individuelle et collective.

La Terre mute, c’est tout. Et nous qui sommes ses colocataires, devons accompagner sa mutation et accueillir ses changements. Comme notre corps vieillit et nous comprime, la Terre nous montre que des principes supérieurs nous gouvernent, à nous de nous adapter…

Oui nous devons nous remettre en question. Oui nous allons devoir changer. La symbolique pourrait-elle rester positive ? En traitant notre héritage avec dédain, nous nous rejetons. C’est l’antithèse pour être soi, c’est contraire à la loi de la protection de l’environnement. Le discours « J’accuse » un système aussi flou et inconsistant correspond au « hoax » du changement climatique, ce grand discours qui a mis tant de temps à nous dire : nous sommes le colibri qui sauve la forêt.

Un texte pour envisager le deuil

Pour cette canalisation, les guides m’ont également parlé de la mort. Le coronavirus nous encourage à dépasser la mort comme une séparation linéaire. Un concept qui peut s’avérer difficile à ressentir. Aussi, je leur ai demandé de rectifier car une part de moi pense que parler de la mort dans un texte pour adultes peut s’avérer difficile à comprendre… (oui, étrangement, je pense que les enfants comprennent intuitivement la mort). Le coronavirus nous apprend à nous élever et à développer notre connexion sacrée. L’heure est aux médiums ! Être médium, c’est voir l’entre-deux, ce que nous devons laisser – vider la coupe ; réfléchir à notre prochain verre et remplir en conscience, la coupe de la vie (éternelle 😉

Prenez soin de votre mana

Coronavirus, le message de Papa Terre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :