Menu Fermer

Les 9 karmas ou les 9 actes d’apprentissage

Ia Ora Na

Une leçon sur les 9 apprentissages fondamentaux de l’être reçus en 2016 qui seront suivis par un nouveau post sur cette idée de « karma » reliée aux idées de destin, de contrats d’âmes ou encore de liens d’âmes.

​​
1. Le karma préhistorique : la dépendance aux animaux que l’on tue pour survivre est une douleur primaire enfouie loin bien loin dans notre mémoire collective contemporaine. Le rapport aux animaux nous renvoie à l’unité en toutes choses, il a été remplacé par la survie en chacun.


2. Le karma primitif : la femme, feu sacré de la puissance, a été soumise à l’invisibilité. L’homme qui a peur de perdre sa légitimité, a choisi la puissance physique et de se couper de son masculin sacré, la femme a laissé faire. Rappelons l’équilibre : Le féminin sacré demande au masculin sacré de générer son énergie vitale pour protéger sa fécondité et de fait, étendre leur créativité et force de vie commune. Le féminin est soumis au corps et l’apparence, le masculin à la puissance et la performance. Ce rapport nous renvoie à l’équilibre sacré, il a été remplacé par la force et le pouvoir.


3. Le karma mystique : la femme peut ressusciter l’homme, elle est reine de la vie infinie, l’homme est le roi de la matière, il est le roi de la vie finie qui donne sens et essence au temps incarné et à la structure. Les deux unies lient terre / ciel, ancrage / spirituel, les 4 éléments, etc. Ce rapport nous renvoie à l’éternel, il a été remplacé par la mort.

​​4. Le karma magique : les sorciers et les sorcières, les chamans, les gourous, les magiciens, les alchimistes sont les bijoutiers de l’incarnation, ils peuvent transmuter. Ils ont été ligotés, asphyxiés, mutilés, brûlés, pendus, crucifiés, etc. car ils gênaient une société adonnée à une vie finie qui n’accepte pas son infini. Ce rapport nous renvoie à notre divinité, il a été remplacé par la matière, la condition humaine, la soumission à la structure au lieu de la régénération ​​perpétuelle de la structure (loi du mutable selon les Égyptiens).


5. Le karma de l’amour : tuer, violer, faire souffrir, se sacrifier, aller au devant de la mort pour l’amour, par amour ou manque d’amour est réduire l’un et l’autre à une mort violente, asséchée de sentiments, d’émotions et du propre de la vie humaine : c’est ôter la pleine expérience de l’être humain, c’est refuser l’amour éternel. Ce rapport nous renvoie à l’amour éternel, il a été remplacé par l’amour conditionnel et même inconditionnel. Croire en l’amour inconditionnel, c’est oublier les lois universelles, les conditions pour accéder notre divin qui lui peut comprendre et incarner un amour inconditionnel devenant alors, amour éternel.


6. Le transgénérationnel ou karma familial : la naissance est choisie, elle guide l’âme dans son expérience humaine. Le travail sur la famille aide à libérer les précédents karmas. Au contraire, non conscientisé, il répète les schémas douloureux. Ce rapport renvoie à la synthèse, il a été interprété comme la mémoire, le schéma et la source de toutes douleurs. Il a ôté la responsabilité du pouvoir créateur et du lâcher prise.


7. La créativité fondamentale ou karma de la manifestation : indéniablement contemporaine, elle multiplie les incarnations humaines simultanées de l’homme pour manifester un agir omnipotent oubliant le sacré de la matière et du temps divin. Elle est associée au don, au silence, à l’action et inaction, à la technicité, à cette polarité – fausse vérité qui fourvoie l’égo. Ce rapport renvoie à la simplicité de l’être, il a été remplacé par le fardeau de l’expérience, le culte de la souffrance qui répète la mort voulue par l’humain.

​​ 8. Karma de Soi : La spiritualité reçue au contraire de la spiritualité vécue, acquise et à l’écoute de son cœur. Elle favorise l’aveuglement tout en conduisant sur les chemins qui apprennent, il y a seulement des raccourcis que l’expérience refuse… Elle renvoie à la trinité de l’âme, l’égo et le corps qui guident de concert. Ce rapport a été remplacé par la dictature du mental, « je pense, je suis donc j’existe » au lieu de « je suis ».

9. Le karma du présent : l’amour inconditionnel de soi, de l’être est être ici – HERE – Héré. Il est ici en chaque instant. Il est don sans attente, il est accueil dans la gratitude. Ce rapport ramène à l’amour de soi, il a été remplacé par l’amour inconditionnel porté à l’autre, à l’extérieur. Le présent de l’amour s’exprime dans l’amour éternel, l’infini de l’être, la complémentarité des sacrés, l’univers en soi.Et…. retour à 1.

  1. Une synthèse, une leçon… Le karma – autrement dit le temps de l’être – n’existe pas. Une fois compris que l’être est, il comprend son être en vie. Cet être qui a choisi de s’incarner est son propre univers, sa propre divinité, l’amour inconditionnel de soi qu’il peut donner et partager. Il rayonne de l’amour éternel en tout et pour tout. Il devient l’un. Incarné, il comprend alors que la matière lui apprend les conditions et un-condition de l’être.

A méditez 😉

1 Comment

  1. Ping :Confidences d’une vieille âme – Bienvenue ! Maeva !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :