Menu Fermer

Tiaré et le chemin de l’équilibre

Tiaré était une jeune femme libre et souriante. Elle voguait sur la vie comme une voile portée par le vent, sans attache ni contrainte. Elle était particulièrement dure avec les hommes qu’elle considérait comme des brutes sans coeur ni considération pour les femmes. Un jour, Tiaré rencontra Teiva, le prince de ses rêves, l’homme qui brillait de la même couleur que son âme. Bouche bée, elle s’approcha de cet être qui contredisait toutes ses croyances. A peine eut-elle ouvert la bouche que l’homme fuit et elle ne le revit plus jamais. Sans comprendre, déçue et frustrée, Tiaré implora ses ancêtres, elle leur demanda de lui expliquer pourquoi cet homme était parti si vite. Le soir même, une grosse araignée l’attendait sur son oreiller. Sans hésitation, Tiaré tua la bête.

barren-2026177_1280

Ce soir là, la nouvelle lune monta et Tiaré sut que les esprits venaient pour lui parler. Elle se coucha impatiente. Dans son rêve, une araignée gigantesque envahit son subconscient endormi se réfugiait. Elle était menaçante et terrifiante. Tiaré eut si peur qu’elle tomba de son lit, le coeur battant. Elle eut l’impression qu’elle allait mourir. Perturbée, elle sortit marcher dans la forêt auprès des sources enchanteresses qui calmaient son esprit et son corps. Au creux des fourrés, elle écoutait avec le chant de la nature la porter quand elle trouva un homme qui se baignait dans le bassin qu’elle avait surnommé, le bain des fées. Il était beau, grand, fort… Son aura perça le coeur de la jeune femme.

« Ia Ora na, commença l’homme. Je suis Heremana, et toi ?

  • Je suis Tiaré, bredouilla la jeune femme perturbée. »

Sans s’attarder davantage, Heremana commença à parler. Il raconta sa vie, ses défaites, ses rancoeurs, ses perceptions de la vie et des hommes. Tiaré entendit sa peine, son désespoir et son amertume… Et pourtant, elle sut qu’il portait en lui, l’âme de son coeur. Elle se baigna avec lui et le laissa se reposer entre ses bras. Dans son coeur, Tiaré sentait l’araignée qui comprimait sa gorge et ses poumons. Tant de colère, tant de peine coulaient dans les veines de leur amour. 

Fatiguée et épuisée par cet amour qui naissait en elle, elle délaissa l’homme qui s’était endormi au creux du chant des fées et des nymphes de la forêt. Malheureuse et confuse, Tiaré reprit son chemin.

butterfly-2049567_1920

Tiaré voulait comprendre l’origine de ses rêves. Cette araignée, que voulait-elle lui dire ? Par mégarde, elle glissa le long de la paroi et se blessa la jambe. A cet instant, Manutea apparut. C’était un homme mince, timide et discret. Il s’accroupit à ses pieds et soigna sa cheville.

« Que fais-tu toute seule dans cette forêt, c’est dangereux tu sais…

  • Oh je viens ici depuis toujours, c’est le seul endroit qui apaise mes pensées et… Tiaré s’étrangla. Mes mauvais rêves.
  • De quoi rêves-tu pour être aussi émue.
  • D’araignée, avoua péniblement Tiaré. Elle était partout. Sur mon dos, à mes pieds, à côté de moi… Elle voulait venir sur mon visage et là, j’ai vu qu’un homme la tenait comme si elle était sa marionnette.
  • Sais-tu qui est cet homme ?
  • Non, je ne sais pas… Tiaré retint une larme émue en regardant cet homme si gentil. Son coeur était indifférent à lui et pourtant, il respirait la simplicité à laquelle elle aspirait. Elle pensa à Teiva qui avait fui sans la connaître et Heremana, cet homme qui avait conquis son coeur et qui pourtant, ne s’était pas intéressé à elle. 
  • J’ai appris qu’ici, l’araignée signifiait la fertilité… Peut-être que cet homme t’envoie un message pour te dire qu’il veut bâtir sa famille avec toi car il ne sait pas te le dire avec les mots…
  • Est-ce une raison pour hanter mes rêves ?
  • Tu devrais savoir Tiaré, les hommes sont maladroits avec leurs mots.
  • Mais toi, toi, regarde-toi… Tu m’as soigné, tu m’as écouté, tu m’as chéri bien mieux que n’importe quel homme auparavant. Peut-être es-tu cet homme qui se cache derrière mes rêves ?
  • Je suis de passage mon amie. Et si je suis là, c’est pour t’apprendre l’équilibre de ton coeur et l’équilibre de l’amour. »

Manutea se releva et emmena Tiaré au sommet de la colline d’où coulait l’eau abondante des rivières qu’elle aimait tant. Au pied de l’arbre à souhaits, elle formula un voeu et exprima sa reconnaissance à l’univers. Manutea la quitta, il continuait sa balade par un autre chemin et Tiaré voulait retrouver Heremana pour lui avouer ses sentiments, sa colère et sa frustration. Quand elle passa devant le bassin des fées, Heremana avait disparu. Elle soupira et accepta que le destin avait séparé leurs chemins. Elle rentra apaisée et confiante. 

purple-690724_1920

Au creux de la lune et des étoiles, Tiaré rêva de blanc, d’une nouvelle terre et de fleurs poussant dans un jardin. Une araignée souriante l’accueillit. Elle n’était pas impressionnante et dégageait une énergie de paix et d’harmonie. Tiaré pleura et accepta de se blottir dans ses bras en exprimant toute sa peine. 

Dans ses songes, elle entendit un souffle se poser sur son coeur comme une crème réparatrice qui apaisait ses émotions refoulées et sa tristesse. C’était Teiva qui guérissait son âme lui murmurant que seul l’amour manifesté par le coeur était véritable. Tiaré comprit alors que Teiva l’avait soigné de l’idéal du couple pour l’éloigner des attentes et des jugements toxiques à l’équilibre entre un homme et une femme qui s’aiment.

Elle se réveilla avec la lumière douce du soleil annonciateur d’une nouvelle journée. Elle décida de retourner dans sa forêt pour remercier les esprits et la nature. Au pied de la première cascade, elle trouva un homme qui s’abreuvait de l’eau bienfaitrice de la cascade. Elle plissa les yeux et surprise, elle reconnut Heremana. Son aspect avait complètement changé. Elle ne vit pas cet homme impressionnant et imposant, elle perçut un homme fragile et vulnérable. Cette fois-ci, Heremana resta muet et la regarda avec crainte et hésitation.

IMG_20180609_073659

« Comment vas-tu Tiaré ? demanda-t-il doucement. La jeune femme fut surprise, Heremana s’intéressait à qui elle était pour la première fois.

  • Je vais bien, merci Heremana. Je suis désolée si je t’ai abandonné aux fées et nymphes l’autre jour, j’étais fatiguée.

Heremana se contenta de sourire faiblement et s’avança vers elle.

  • Je suis désolé car je t’ai menti. Une araignée très persuasive est venu me voir cette nuit et je me suis aperçu que j’ai cherché à t’imposer une image de moi au lieu de t’écouter et te dire qui j’étais vraiment…
  • Je sais pourquoi tu l’as fait… Heremana la regarda sans comprendre.
  • Mon coeur était fermé, j’ai trop longtemps jugé les hommes et j’ai trop longtemps gardé le silence sur la vérité qui fait l’intimité de l’amour.
  • Qu’est-ce donc que cette vérité Tiaré, je suis curieux de savoir.
  • L’équilibre, sourit Tiaré. L’équilibre dans ton coeur, dans ton être, dans ton énergie et surtout, l’équilibre de tes perceptions. 
  • Et comment fais-tu pour avoir l’équilibre de tes perceptions ?
  • Je ne sais pas… Peut-être dans le silence qui pose des questions, les mots qui disent les sentiments authentiques et dans les actes qui traduisent l’amour.
  • Ou peut-être en regardant ce qui fait deux extrêmes et trouver le lieu où ils se rencontrent en équilibre.
  • Alors, je m’en vais sur ce chemin et peut-être que l’équilibre nous retrouvera, nous aussi. »

Elle s’inclina devant Heremana et repartit dans la lumière, Heremana remarqua qu’une araignée arpentait sa robe fleurie légèrement parfumée par une odeur délicieuse de tiaré.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :